Universités de recherche : un impact économique et sociétal majeur

Une étude réalisée par le cabinet britannique Biggar (voir le PDF de l’étude en anglais) à la demande de Udice montre le haut niveau de la contribution économique des universités de recherche françaises à l’économie de notre pays. En analysant leur poids économique global et leur impact opérationnel et ‘intentionnel’ (lié à la nature et au potentiel de leur activité) selon des critères normalisés au plan international, cette étude offre un reflet de la dynamique de la contribution des universités Udice à l’économie française dans une perspective globale. Le cabinet Biggar a travaillé à partir des données des universités d’Udice et de celles des activités que leurs partenaires organismes de recherche mènent en leur sein.

En résulte que chaque euro investi dans le périmètre des universités de recherche a un impact de 4 €, tandis que chaque emploi direct génère 3 emplois.  Cela représente globalement 41,1 mds€ de valeur ajoutée et près de 380 000 emplois en France.

Au-delà de ces chiffres, les deux missions fondamentales de nos universités, la réalisation de recherches, fondamentales ou à visée d’innovation, et la formation de diplômés de haute qualité́ ont des effets démultiplicateurs.

Le secteur de l’enseignement supérieur et de la recherche, particulièrement les universités de recherche, dessine l’avenir

  1. Par l’augmentation de la productivité liée à l’élévation des qualifications, la stimulation de la compétitivité, l’invention et la préparation aux métiers de demain.
  2. Par l’attractivité, la recherche de niveau mondial attirant des entreprises et des investissements en créant les secteurs de la connaissance de l’avenir.
  3. Par le rendement croissant de l’investissement, en raison des externalités positives créées. Non seulement il n’y a pas d’amortissement pour une découverte scientifique, mais ces dernières ont un rendement croissant, augmentant au fur et à mesure que les innovations technologiques s’en emparent.

Un rôle transformant dans la sortie de crise

Pour la présidente Christine Clerici, « cette contribution des universités à forte intensité de recherche est un élément d’infrastructure essentiel pour aider l’économie française à se remettre de la pandémie de COVID-19. Au niveau régional, les universités d’Udice apportent à leurs territoires une impulsion considérable en termes de dynamisme économique.

Elle ajoute, à propos du rapport publié le 1er juin par France Stratégie sur les effets du Crédit Impôt recherche sur l’innovation : « La véritable attractivité pour l’implantation d’activités de R&D industrielle est l’existence d’écosystèmes d’innovation dynamiques et en capacité de fournir des compétences scientifiques et technologiques, notamment par une offre de formation adossée à une recherche d’excellence ».

Tags: No tags

Add a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *